patrice bordeaux présente

"Au Bord de l'Yvette"

OBORDELYVETTE

ACCUEIL
ASSOCIATIONS DE PÊCHE
MOULINS A EAU
AFFLUENTS
BASSINS D'ÉCRÊTAGE
STATIONS D' EPURATION
FAUNE
DIVERS
LIENS
CONTACT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil (Site en construction)

L’Yvette est la rivière de mon enfance, c’est dans ce cours d’eau que j’ai appris à pêcher, à construire des radeaux, et j’ai même failli y apprendre à nager.

Dans les années 50-60, l’Yvette subissait la pollution des tanneries de Chevreuse et de l’absence de réseau de " tout à égout". La situation écologique de la rivière n’était pas brillante, mais nous pouvions y observer une biodiversité  plus riche que celle que nous observons de nos jours.

Au début des années 70 des inondations importantes ont causé beaucoup de dégâts dans la vallée.

Dans un premier temps, pour répondre à ces problèmes le syndicat hydraulique a sorti les bulldozers.

-Un réseau séparatif eaux usées –eaux pluviales à été installé

- des retenues d’eau ont été creusées à la place des prairies humides !

- la rivière a été calibrée pour soit disant, lutter contre les inondations !

Dans un deuxième temps la gestion a été modernisée  (vannes automatiques, appareils pour mesurer  en temps réel la pollution, et le  débit d’eau.

Pour ceux qui ont connu les crues des années 50 et 60, les retenues d’eau laissent dubitatifs. Elles feront illusion tant que la pluviosité restera modeste et que les nappes d’eaux seront déficitaires

Nous ne voyons plus d’égout se déverser dans l’Yvette, et pourtant  l’état de la rivière décline  !

Auparavant, la pollution venait des zones urbaines, par contre les sources et les affluents étaient préservés,  les petits ruisseaux jouent le rôle de nurserie pour les micro-organismes, les insectes, les batraciens, et les alevins.

De nos jours, sont implantés aux sources de l’Yvette et de ses principaux affluents des bassins assainissement ou des stations d’épuration  qui rejettent des eaux de qualité médiocre, dans des petits cours d’eau, aux faibles capacités d’autoépuration , rien d’étonnant de voir la biodiversité dans la rivière s’appauvrir.

Difficile à comprendre, dans la Vallée de Chevreuse, des bâtiments sans intérêts, d’une banalité affligeante, sont classés monuments hystériques, pour un oui ou pour un non, alors que les problèmes afférents à la rivière sont traités par-dessus la jambe.

 

 

   
 

 

ais